Bea Blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, juillet 27 2017

Belle Amie

26348d1611bff269c140e8b5eed81b28.jpg

Nous avions rendez-vous devant Le Printemps
avec vous c'est toujours l'été
votre visage , un doux soleil doré

Lorsque je vous aperçus
mon coeur se souleva par dessus,
il accompagna ma main près de mon coeur
votre robe rouge , un vif bonheur

Pour mon anniversaire vous m'offriez
dans un restau british douillet
un repas princier
et un cadeau venu de votre amitié

Trop beau pour moi, alors je regardais ce paquet
du bleu, les mots bleus aimés...
Je caressais le paquet, je savourais
de longs préliminaires avant de le défaire

Un bijou que portent les Princesses!
qui mieux que vous pouvait me couronner?
Les Princes du Palais d'été
mais ils ne sont pas encore si précieux que vous

Il y a 25 ans j'existais si peu, esclave d'une terroriste
que votre beauté divine m'effrayait sur la piste.
Votre bienveillance à traversé les prisons amères.
Mon courage m'a fait triompher de toutes les guerres.
L'échine brisé j'ai remarché.
L'été dernier, le poison a bien failli me tuer.
Au bord du précipice, à vous j'ai songé.

Vous , être de lumière avez poussé en moi.
Des enfants sages disent qu'on se ressemble.
Oui , nous sommes des êtres de lumière.

Que la paix et l'Amour vous protège.
Je veillerai sur vous, pour toujours.

dimanche, juillet 16 2017

Expert en la matière

m_Its-a-PATRIARCA-Thing-You-Wouldnt-Understand--Last-Name-Surname-T-Shirt-Black-_w91_-front.jpg

Demain c'est l'expert
moment amer
j'irai avec ma veste de militaire
elle m'a déjà tiré dessus
je ne me promène plus nue
encore du garde à vue.

Je supporte la chaleur
mais je serai en sueur
elle a eu bien moins de malheurs
elle a juste survolé les Balkans.
Moi j'ai fait l'Afghanistan
je lui montrerai mes cicatrices avec du sang.
Elle devrait me recevoir solennellement
elle le sentira à mon comportement.
ma médaille , je l'attends.

Princes et Déesses m'ont déjà offert des diamants.

keep-calm-i-am-the-patriarca.png

jeudi, juillet 6 2017

L'élan...

surf.jpg

La première fois que je vous ai vu, dans votre bureau doré
je me suis éffondrée.
octobre ,je rentrai d'Afghanistan.
Derrière votre compassion
j'ai vite senti votre belle affection.
En plein hiver ,la douceur de l'été!

En décembre vous m'observiez faire classe
souriante ,je planais, je vous admirais.
Sur un grand nuage d'Amour
je faisais poésie.
Rimes de la vie.
Amour chantant, je vous fixais tendrement.
Vous n'osiez regarder mon élan.
Les élèves ne sentaient que mon vif intérêt pour la poésie,
la joie d'enseigner aussi.

En janvier vous m'offriez trois merveilleux savons
l'apothéose de notre relation.
L'élan, tous les matins près de Nation.
En mars dans votre bureau
nous travaillions sur le beau.
Pendant que vous m'imprimiez la Joconde
je lisais sur votre léger décolté.
Mon regard effleurait votre poitrine,
recouvert par un chemisier en mousseline.
J'arrivais à suivre les nouveaux programmes.
Je respirais surtout votre charme.
Je me souviens, comme nous étions bien!

Deux belles heures, ensemble.
Il fallait déjà vous quitter.
Avant vous approchez avec délicatesse
Vous effleurez à peine, c'était si fort en moi.
Comme vous étiez belle!
Coeur chaud, élan confiant et souriant;
ma main droite se leva doucement
pour se poser avec une immense douceur
sur votre hanche lentement.
Un très léger effleurement.
Comme ce fut merveilleux!
Un effleurement qui a donné des ailes à mon être
Que de bonheur ce contact si léger, si doux
réalisé par Amour pour vous.

Fallait vous quitter;
mais , combien j'avais pu vous aimer !

mercredi, juin 28 2017

VIVRE

13512226_1439085786106523_7283831315663509943_n.jpg

lundi, juin 26 2017

Flamme and Co

chaussur__flam.jpg

Près de La Chapelle, quartier pas très saint
pourtant cette soirée, sonnait un bel été serein
joie et tendresse comme parfum.

Dans cette salle de danse de répètes
on transpirait des pieds à la tête
grand jour de fête.

Parfois des contacts très légers
si précieux, si harmonieux
charme fin, élégance du geste.
Parfois collés , sérrés,
vent des Caraïbes aimés
tempo fougueux,
coeurs heureux.

Au son du Flamenco divin
j'ai revu cette femme médecin
jusqu'au bout des seins

Regards intenses, doux sourires
et nous voilà parties pour rire.
Non, pour danser le flamenco!
Flamenco torride et beau.

De loin , on s'attire
nos mouvements sensuels
nous rendent rebelles
Le ton est donné,
avec ton beau décolté.
Je suis ton regard étoilé
nos âmes ensoleillées

J'aime frôler tes hanches
mains tenant tes mains blanches
Tête haute, on tape du pied sur les planches.

La danse nous emporte,
la danse nous déporte
Comme j'aime rire et te dire:
Toi , tu dois bien soigner!

- page 2 de 87 -